Evaluation du DP

Logo Dossier Pharmaceutique

Le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens (CNOP) a su démontrer sa capacité technique à mettre en œuvre le DP. Il reste aujourd’hui à évaluer l’intérêt de l’outil dans son usage au service de la coordination, la qualité, la continuité des soins et la sécurité de la dispensation des médicaments, produits et objets définis à l'article L.4211-1 du code de la santé publique. C’est chose faite.

Premières études

Une première étude réalisée en 2008 avait montré l’importance de l’information délivrée par le DP au moment de la dispensation des médicaments par les pharmaciens.

Le CNOP, en partenariat avec les trois syndicats officinaux et la Société française de pharmacie clinique, avait reconduit cette étude en 2010 dans l’objectif d’étudier l’évolution de l’intérêt du DP à l’aube de son extension aux pharmacies hospitalières.

Synthèse des résultats 2010

Comité scientifique d’évaluation

Etant responsable de la mise en œuvre du DP, le CNOP ne peut évaluer cet outil. Il a confié cette mission à un comité scientifique d’évaluation autonome.

Présidé par Jean Calop, professeur de pharmacie clinique à l’UFR de pharmacie de Grenoble, le comité était constitué de 6 membres. Aucun n’était conseiller ordinal et aucun n’était indemnisé pour sa participation, en dehors des remboursements des frais de transport.

Le comité a été mis en place suite à la lettre de mission  reçue de la présidente du CNOP le 1er juillet 2010 et a conduit ses travaux pendant 18 mois.

Le comité a rendu son rapport à la présidente du CNOP en janvier 2012.

Rapport du CSE

Appel à projets de recherche relatif à l’évaluation du Dossier Pharmaceutique

En 2013, le CNOP a estimé qu’il était possible d’évaluer le DP pour savoir précisément comment il est utilisé, et quels sont les bénéfices apportés, tant pour les patients que pour les professionnels ou pour le système de santé.
Pour cela, l’Ordre a lancé un appel à projets de recherche dont l’objectif était de sélectionner une ou plusieurs équipes de recherche selon trois axes d’étude : le DP et les interventions pharmaceutiques, le DP et la coordination des soins et l’intérêt du DP dans le système de santé français. 
Un comité de sélection a étudié les dossiers soumis en vue de leur financement et deux projets de recherche ont été retenus.

  • L’étude DOPI-OFFI (Apport du Dossier Pharmaceutique sur les Interventions pharmaceutiques en  pharmacies d’OFFIcine) – durée 24 mois

D’une durée de 24 mois, l’étude a été réalisée sous l’égide du Dr Pierrick BEDOUCH, maître de conférences en pharmacie clinique, faculté de pharmacie de Grenoble.
248 pharmacies ont renseigné des Interventions Pharmaceutiques (IP) selon la fiche développée et validée par la société française de pharmacie clinique (SFPC).
Près de 8 000 interventions ont été recueillies pendant l’étude dont 7 320 concernaient des IP répondant à la définition de la SFPC.

Les patients se répartissaient de la façon suivante : 32,4% se fournissant toujours dans la même pharmacie, 53,6% de patients réguliers et 14% de patients de passage.
Parmi les patients pour lesquels une IP a été documentée et analysée, 45,5% avaient un DP ouvert. Sur l’ensemble de ces cas, le DP a été utile dans :
- 0% des cas (par définition) pour les patients exclusifs d’une pharmacie,
- 3,7% des patients réguliers,
- 17,3% des patients de passage.

  • L’étude IPADAM (Interventions Pharmaceutiques A propos du Dossier Pharmaceutique et de l’Auto-Médication) – durée 18 mois

L’étude, réalisée sous l’égide du Pr Brigitte VENNAT, doyen de la faculté de pharmacie de Clermont-Ferrand, a permis d’évaluer la quantité et la qualité des IP réalisées sur des médicaments hors prescription, ainsi que les freins rencontrés, tant au niveau des patients que de l’équipe officinale, pour l'inscription au DP de médicaments hors prescription. Elle portait sur la dispensation de deux molécules : ibuprofène et/ou pseudo éphédrine isolées ou associées en une même spécialité.
12 160 dispensations des molécules visées par l’étude ont fait l’objet d’une demande spontanée du patient. Pour les 6 250 patients qui disposaient de leur carte Vitale (élément indispensable pour accéder au DP), 3 160 avaient un DP ouvert et pour 83 d’entre eux une IP a été réalisée grâce au DP.
Tous patients confondus, le pharmacien a proposé une alternative thérapeutique sur 88% des cas, une adaptation posologique pour 7% et une orientation vers le médecin pour 5%. Ces propositions ont été acceptées par le patient dans 90 % des cas.

Etudes et évaluation en milieu hospitalier

  • Etude au CH d’Agen - 2015 - Les annales pharmaceutiques, A. Trinh-Duc, T. Painbeni, A. Byzcko, P.-A. Fort, Le dossier pharmaceutique dans un service d’accueil des urgences : évaluation de son accessibilité et de son impact sur le niveau de connaissance du traitement du patient. 
    Principaux résultats  : Pour 25% des patients accueillis aux urgences, le DP est la seule source d’information disponible sur le traitement médicamenteux
  • Etude du CH de Lunéville - 2015 - Poster JSFPF, Dony A , Baum T , Potier A , Doerper S  , V Guillaume  , Azizi Y , Vidal A , Piney D , Dufay E, Utiliser le Dossier Pharmaceutique – DP –  pour concilier la capacité informationnelle du DP
    Principaux résultats  :
    - Disponibilité du DP : 97,6 %
    - Exhaustivité du DP (par rapport à la juste liste des médicaments) : 91,4 %
  • Etude du CH de Vienne - 2016 - Poster JSFPF, France M., Kalfon S., Ferrier A.L., Videau M., Leromain A.S., Gadot A., Derharoutunian C., Hellot-Guersing M., Jarre C., Roubille R., Dossier Pharmaceutique aux rétrocessions : ville et hôpital connectés ?
    Principaux résultats  :
    -  Sur 163 patients, 22 DP créés et 62 DP existants alimentés par la PUI
    - Au bout de 3 mois, 66 DP comprenaient à la fois les traitements dispensés par la ville et ceux de l'hôpital
    - Temps moyen création et alimentation de DP : 5 minutes. Si DP déjà existant, temps d’alimentation du DP de 2 min
    - Temps d’analyse pharmaceutique des DP : de 2 à 10 minutes

Baromètre de satisfaction du DP en officine

En complément de ces études, le CNOP interroge chaque année les pharmaciens sur l’usage qu’ils font du DP. Des baromètres de « satisfaction » sont ainsi disponibles et accessibles dans les rapports d’activité du DP.

Ainsi, selon le dernier baromètre, sur une échelle de 1 (min) à 5 (max), la note technique attribuée par les pharmaciens était de 3,92 en décembre 2015, 3,83 en juillet 2013, 3,56 en juillet 2011 et 3,30 en juillet 2009.

Au global, ils sont 71% à estimer que le DP s’est bien intégré à l’équipe, alors qu’ils étaient 61% en 2011.

En outre, 85% des pharmaciens interrogés ont rencontré des situations intéressantes où le DP a été utile. Les trois situations utiles les plus fréquemment citées par les officinaux sont :
- les situations d’interactions médicamenteuses (53%),
- les situations de dépannage (37%), 
- les situations de surconsommation (32%). 

Date de mise à jour : 13/03/2017