Retour à la liste des actualités

Agressions en officine : les déclarer contribue à mieux les prévenir

23/02/2018

Agression en officine

Une agression particulièrement violente a visé en février un pharmacien d’officine de Seine-Saint-Denis. L’Ordre rappelle ici l’intérêt de déclarer tous ces événements. Des actions d’alerte et de prévention sont menées et seront renforcées en matière de sécurité.

Mardi 6 février : alors que la neige tombe en Ile-de-France, un confrère de Bobigny (93) livre des médicaments à une patiente. A proximité de son immeuble, il est pris à partie par une bande de jeunes. Aux boules de neige succèdent les coups au visage et au corps. Malgré les contusions et le traumatisme, il parviendra à mener à bien sa mission pharmaceutique.

L’Ordre souligne ce geste remarquable de dévouement professionnel et exprime son soutien à ce confrère, comme à tous ceux qui subissent agressions et incivilités.

Déclaration en ligne

A cet égard, il est important de signaler toute agression. Une déclaration en ligne  qui ne prend que quelques minutes, et qui permet à l’Ordre d’intervenir rapidement auprès du confrère concerné, s’ils le souhaite, de recenser et quantifier les actes de violence, et d’en tirer les conséquences auprès des autorités. L’Ordre publiera d’ailleurs, comme tous les ans au mois de mai, le bilan 2017 des déclarations d’agressions

.De plus, l’institution peut désormais se constituer partie civile « en cas de menaces ou de violences commises en raison de l'appartenance à cette profession » et être présent aux côtés du pharmacien en cas de procès (art. L.4233-1 du code de la santé publique).   

Pour vous aider à déclarer sans délai toute agression, vous pouvez vous rapprocher de votre référent sécurité ordinal départemental, dont la liste est disponible dans l’espace pharmaciens.

Vous pouvez également vous référer au guide pour la sécurité des professionnels de sant é élaboré par le ministère de l’Intérieur.

En région parisienne, la convention Cespplussur pour être alerté des risques

La pharmacie est, on le sait, un poste avancé de premier recours exposé et sensible de par les produits qu’il détient. C’est pourquoi l’institution a notamment signé la convention Cespplussu r avec la préfecture de Police de Paris. Les confrères parisiens et de la petite couronne (départements 92, 93, 94) sont fortement incités à s’inscrire à cette convention  qui leur permet de recevoir des SMS d’alerte. Le site de la préfecture fournit des conseils spécifiques à la protection des pharmacies

 

Retour à la liste des actualités